Sam 21-Oct-2017
Accueil Histoire Géographie Tourisme Religions Enseignement Santé Agriculture Littérature Autres thèmes
COMMUNIQUE DU
CID-VIETNAM

Cliquez ici

CID-VIETNAM
Communiqué
du 20 octobre 2009


COMMUNIQUE

A nos amis lecteurs.

Pour cause de déménagement, indépendant de notre volonté, le CID-VIETNAM doit cesser provisoirement le service d’accès à sa documentation.

Nos fidèles lecteurs seront avisés dès que nous serons en mesure de reprendre ce service.

Nos abonnés recevront dans les délais prévus les trois numéros annuels du bulletin signalétique.

ANNONCE

A PARTIR du MOIS de SEPTEMBRE 2013 :

Les membres du CID-VIETNAM pourront vous rencontrer le dernier jeudi de chaque mois de 14h30 à 17h

Au FOYER VIETNAM
80 rue Monge
75005 PARIS
(métro : Place Monge)

FOYER VIETNAM

Le Foyer Vietnam
80 rue Monge - 75005 Paris

Un lieu de rencontres, d’échanges, de découvertes

Ouvert à tous ceux qui veulent découvrir le Vietnam, le Foyer Vietnam propose un lieu associatif convivial et pluriculturel.

Vous pouvez y découvrir des expositions, des animations musicales; consulter des livres et journaux en français et en vietnamien mis à disposition par le CID VIETNAM...



Cliquez ici pour plus d'infos...

Liens
1261888
Il y a 84 articles dans la catégorie "Evénement"

Date : 30/04/2014 09:50
Claude Blanchemaison, La Marseillaise du général Giap,Paris,
Éd. Michel de Maule, 2013.

Demandez à toute personne qui, à Hanoi ou ailleurs, a eu la possibilité de rencontrer des responsables vietnamiens de la « génération des épreuves » qui a été le plus impressionnant. Il y a neuf chances sur dix qu’il vous réponde : Vo Nguyen Giap1. Et pour cause. Car cet homme, qui vient de s’éteindre à plus de cent ans, n’était pas seulement un moment d’histoire, il était d’un abord agréable, franc, un homme simple dans sa grandeur. M. Claude Blanchemaison, qui a été Ambassadeur de France au Vietnam de 1989 à 1993 – et ceux qui connaissent le Viêt Nam contemporain savent combien ces années furent importantes – n’a pas fait exception. Le 14 juillet 1989, justement, l’Ambassade de France s’apprête, comme chaque année, à inviter diverses personnalités pour une Fête nationale exceptionnelle, celle du Bicentenaire. Le général Giap, alors Vice-Premier Ministre, décide de se rendre à cette invitation. On imagine la charge d’émotion… mais aussi la haute signification politique, au moment où le bloc de l’est s’effrite, voire s’écroule, au moment également où le Viêt Nam cherche une voie nouvelle de développement...



>> La suite ...


Date : 30/04/2014 09:45
Eric Jennings, La ville de l’éternel printemps. Comment Dalat a permis l’Indochine française,
Paris, Ed. Payot, 2013

A priori, consacrer une monographie à une ville, parmi d’autres, de l’ex-Indochine française, peut paraître une idée de « spécialiste ». Mais l’auteur plaide d’emblée sa cause : Dalat n’était pas une ville « comme les autres ». Elle fut le fruit d’un calcul hygiéniste, considéré comme salvateur pour la colonie : décidément, les « Blancs », sous les tropiques, étaient par trop sujets aux fièvres et autres affections. Le retour périodique en métropole était l’une des solutions. Mais coûteuse. C’est sur instruction du Gouverneur général Paul Doumer que le Dr Yersin, aujourd’hui encore honoré au Viêt Nam, fit des voyages de prospection avant de fixer son choix sur un plateau, bien au nord de Saigon. La construction d’une ville « européenne » s’ensuivit. Par la suite, Dalat fut un enjeu de contestation, entre une France restée colonialiste qui voulait en faire la nouvelle capitale de l’Indochine, et un Viet Minh nationaliste qui fit tout pour faire échouer la manœuvre, et y réussit parfaitement...



>> La suite ...


Date : 30/04/2014 09:30
Duong Thu Huong
Les collines d’eucalyptus
Ed. Sabine Wespieser. 2014

Cet épais roman d’apprentissage s’attache à décrire les épreuves matérielles mais surtout morales qu’un adolescent devra surmonter pour atteindre la maturité.

Enfant unique et gâté d’un couple de notables d’une petite ville du nord Vietnam, Thanh, « frappé par le destin », découvre à 16 ans en 1987 (1), son homosexualité. Se sentant coupable vis-à-vis de sa famille dont il ne pourra assurer la descendance, honteux face aux préjugés sociaux, il fugue avec son amoureux.

Dans ce roman les choses sont simples : il y a les bons et les méchants.
Les bons sont beaux, propres, éduqués, cultivés, riches, un peu naïfs, polis, respectueux, doux dans les rapports sociaux etc.
Les méchants sont pauvres, sales, puants, grossiers, roués, cupides, violents etc. Ils peuvent aussi être riches, mais alors ce sont des parvenus pour la plupart voleurs, corrompus etc...



>> La suite ...


Date : 04/04/2014 20:45
Dien Bien Phu
Alain Ruscio

Dien Bien Phu morne cuvette. Dans l’imaginaire de bien des Français, la défaite tonkinoise a rejoint celles d’Alésia, de Bouvines ou de Waterloo. Avec, en plus, une dimension culpabilisante : Que diable allait f… l’armée française dans cette galère, à l’autre bout du monde ?

1953. La guerre d’Indochine dure depuis sept années. Le corps expéditionnaire français s’y est progressivement enlisé. Son adversaire, l’armée populaire, que les Français appellent le plus souvent Viet Minh, voire Viets, d’abord en difficulté, a repris l’initiative sur tous les fronts. En mai, le gouvernement français a nommé un nouveau commandant en chef – le septième ? le huitième ? on ne comple plus – un nouvel homme miracle, le général Navarre.

Celui-ci décide d’inverser la tendance par une initiative spectaculaire. C’est donc l’armée française qui a choisi le terrain. Ce sera à Dien Bien Phu.

Seuls les spécialistes de l’Indochine connaissaient ce petit village du pays thai, au nord du Vietnam, avant le parachutage, le 21 novembre 1953, de milliers de soldats du Corps expéditionnaire. L’ambition du commandant en chef, est simple : il s’agit de « barrer la route » du Laos et de « casser du Viet » (l’expression court dans la presse pro-guerre)....



>> La suite ...


Date : 21/02/2014 21:30
Janine s'en est allée le 25 novembre dernier

Ses proches l'appelaient Dalmaz, son nom de naissance.

A la fin de son dernier livre paru en 2006, voici comme elle se définissait :
« la France est mon pays, savoyarde par mon père, lyonnaise par ma mère.
Le Vietnam est mon pays natal.
« née à Baria, Cochinchine, précise ma carte d'identité. »
Je suis née au Nam Bô.
Mais qu'est-ce que tu nous racontes ? Tu es née en Cochinchine. Tu le sais bien !
Non ! Nam ! Bô ! Nam ! Bô !
Comme les coups de gong dans la vieille pagode vermoulue de Long Hai...



>> La suite ...


Date : 11/11/2013 19:30
Exposition sur
" La présence vietnamienne en France dans les livres
du 17ème siècle à 1956 "

L’exposition " La présence vietnamienne en France dans les livres du 17ème siècle à 1956 " composée de couvertures et d’extraits de livres vise à témoigner de la présence des Vietnamiens en France, commencée il y a plusieurs siècles.

Le CID - Centre d’information et de documentation sur le Vietnam contemporain - sans prétendre à l’exhaustivité, cherche à sensibiliser le visiteur à l’histoire collective et singulière, ainsi qu’au vécu en France de ceux, venus du Vietnam, que les colons appelaient le plus souvent les « indigènes », parfois les « Indochinois », les « Annamites », etc.

Ces documents proviennent du fonds conséquent d’ouvrages que le CID répertorie et possède depuis 1984.

À travers les citations extraites des livres présentés, le visiteur pourra percevoir l’évolution des relations entre les deux pays : augmentation et surtout diversification des flux migratoires venus de cette partie du monde...



>> La suite ...


Date : 05/10/2013 14:40
Un enfant de l’Oncle Ho (1)
Alain Ruscio
Historien, président du CID Vietnam

Si l’on devait résumer d’une formule la vie et la personnalité de Vo Nguyen Giap, celui qu’Ho Chi Minh considérait comme un de ses « fils préférés », avec Pham Van Dong, on pourrait, on devrait dire : cet homme a toujours eu un mal fou à dire « je ». Il riait lui-même beaucoup des formules lues sous la plume d’observateurs occidentaux, du type « Le vainqueur de Dien Bien Phu », « L’ennemi le plus redoutable des Français, puis des Américains ». Giap n’aimait pas personnaliser les événements, comme toujours les Vietnamiens, comme souvent les communistes. Ce n’était pas de la fausse modestie : quand il affirmait que « c’étaient les masses » qui « faisaient l’histoire », il croyait ce qu’il disait. Précisons pourtant : il ne fut pas « le père  de l’armée populaire vietnamienne » ? il ne fut pas « le vainqueur de Dien Bien Phu » ? il ne fut pas « le stratège de la guerre contre les Etats-Unis » ? Certes, si on prend à la lettre ces formules réductrices. Mais il y fut bien pour quelque chose… En bon marxiste, Giap aurait dû reconnaître que les grands bouleversements de l’histoire du monde naissent de la rencontre entre des « éléments objectifs » et la capacité de grands hommes d’exploiter des situations. Mais, décidément, sa modestie et, je dirais, son « hochiminisme » l’en empêchaient.

----

(1) Article basé sur le livre-entretien, Vo Nguyen Giap, Une Vie, Propos recueillis par Alain Ruscio, Hanoi, 1979-2008, Paris, Éd. Les Indes Savantes, 2011



>> La suite ...


Date : 11/08/2013 13:40
Recherches internationales n° 95 avril - juin 2013
Quelques réflexions sur la guerre du Viêt Nam et les accords de paris (1973)

En mai 1968, commençaient à Paris les négociations entre Américains et Nord-Vietnamiens, bientôt rejoints par le Gouvernement révolutionnaire populaire (GRP), créé par le Front National de Libération (FNL), et le Gouvernement de Saïgon. Il s’agissait alors de trouver une solution politique à la « seconde » guerre du Viêt Nam, la guerre « américaine », principal conflit militaire de l’époque.

Le 27 janvier 1973, après cinq années de négociations, les Accords de Paris sont signés. Un cessez-le-feu doit être proclamé dans les 24 heures, les troupes méricaines retirées sous 2 mois et les prisonniers américains libérés. Après avoir fait plier les colonialistes français, le peuple vietnamien met ainsi en échec l’impérialisme américain.

Mais les troupes américaines retirées, les combats perdureront avec le gouvernement de Saïgon jusqu’à sa chute le 30 avril 1975. La réunification atteinte, la paix se mit en place.

(Recherches internationales n° 95 avril - juin 2013)
6, Av. Mathurin Moreau 75167 Paris Cedex 19
Site web : http://www.recherches-internationales.fr/index.html
Tél. : 01 42 17 45 27



>> La suite ...


Page : [1] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10] [11]

Unique en France et en Europe, le CID-Vietnam peut fournir une information sur le Vietnam contemporain sous tous ses aspects.

La bibliothèque du CID-Vietnam comprend plus de 6000 volumes en français, en vietnamien (les 2/3) et en anglais ainsi que des revues et périodiques.
























Page d'accueil
CID-VIETNAM@2006