Ven 23-Jun-2017
Accueil Histoire Géographie Tourisme Religions Enseignement Santé Agriculture Littérature Autres thèmes
COMMUNIQUE DU
CID-VIETNAM

Cliquez ici

CID-VIETNAM
Communiqué
du 20 octobre 2009


COMMUNIQUE

A nos amis lecteurs.

Pour cause de déménagement, indépendant de notre volonté, le CID-VIETNAM doit cesser provisoirement le service d’accès à sa documentation.

Nos fidèles lecteurs seront avisés dès que nous serons en mesure de reprendre ce service.

Nos abonnés recevront dans les délais prévus les trois numéros annuels du bulletin signalétique.

ANNONCE

A PARTIR du MOIS de SEPTEMBRE 2013 :

Les membres du CID-VIETNAM pourront vous rencontrer le dernier jeudi de chaque mois de 14h30 à 17h

Au FOYER VIETNAM
80 rue Monge
75005 PARIS
(métro : Place Monge)

FOYER VIETNAM

Le Foyer Vietnam
80 rue Monge - 75005 Paris

Un lieu de rencontres, d’échanges, de découvertes

Ouvert à tous ceux qui veulent découvrir le Vietnam, le Foyer Vietnam propose un lieu associatif convivial et pluriculturel.

Vous pouvez y découvrir des expositions, des animations musicales; consulter des livres et journaux en français et en vietnamien mis à disposition par le CID VIETNAM...



Cliquez ici pour plus d'infos...

Liens
1222808
Il y a 84 articles dans la catégorie "Evénement"

Date : 26/02/2011 20:49
MONTREUIL et le VIETNAM. Symbole de l’amitié franco-vietnamienne.
Ouvrage collectif sous la direction de : Joëlle Cuvilliez, Trinh Ngoc Thai, Alain Ruscio, Gilbert Schoon. Hanoi, Éd. Chinh Tri Quoc Gia, 2010.

Ce livre bilingue (vietnamien-français) édité à Hanoi, nous dit le long et fidèle attachement au Vietnam d’une bourgade française, limitrophe de Paris, Montreuil.

Dans son introduction, S.E. Monsieur Trinh Ngoc Thai, ancien ambassadeur du Vietnam en France, remarque qu’ il n’y a pas beaucoup de villes en France et dans le monde qui ont des relations spéciales avec le Vietnam comme la ville de Montreuil (…) portant l’image du président Ho Chi Minh, (…) symbole de l’amitié Vietnam-France…(1)

Suivent vingt et un chapitres écrits entre autres, par Jean-Pierre Brard, Alain Ruscio, Gilbert Schoon, Jérome Kanapa, Jean Pierre Périllaud, Hélène Luc, Patrick Nguyên, Francis Gendron, Janine Gillon etc…, qui relatent chacun une étape de cette amitié-solidarité Montreuil - Vietnam, depuis les premiers soutiens dans la lutte pour l’indépendance des années 40-50, jusqu’au récent jumelage Montreuil-Hai Duong, et à la si intéressante opération PADDY, (tripartite Vietnam-France-Mali) menée magistralement par Jean-Pierre Brard (2) , en passant par de nombreux « événements », comme la représentation de la pièce d’Armand Gatti « V comme Vietnam » au Festival de Montreuil en 1967, comme l’Année Vietnam en 2004, ou encore comme la tenue des 6e Assises de la Coopération Décentralisée en 2007, sans oublier plusieurs belles expositions du Musée de l’Histoire Vivante, consacrées au Vietnam...



>> La suite ...


Date : 31/01/2011 22:30
VO NGUYEN GIAP. Une vie. Propos recueillis par Alain Ruscio.
Hanoi 1979-2008
Paris 2011, Éd. Les Indes Savantes, 119 p. 16 €

Dans la vie d’un peuple, il y a parfois des rêves…
Vo Nguyen Giap

Le livre n’est pas épais, mais ce qu’il renferme est grand. Immense. Il est vrai que l’homme qui s’y exprime, a été (et est encore aujourd’hui à l’âge de cent ans) une des figures les plus marquantes de l’Histoire mondiale du 20e siècle. À son actif, deux « victoires », tellement imprévisibles, qu’aucun être sensé ne pouvait raisonnablement y croire. Sauf lui. Et, dit-il, ceux qui combattaient à ses côtés ou sous ses ordres. Deux victoires, qui ont sidéré le monde et qui en ont changé la face. Deux victoires d’un état minuscule, le Vietnam, contre deux des plus grandes puissances mondiales, la France à Dien Bien Phu en 1954, les Etats-Unis à Saïgon en 1975, deux victoires dont on a souvent dit qu’elles avaient été remportées par un génie militaire, le plus grand stratège de tous les temps, le Général Vo Nguyên Giap...



>> La suite ...


Date : 13/12/2010 21:40
Philippe PAPIN et Laurent PASSICOUSSET
VIVRE AVEC LES VIETNAMIENS.
Paris, Éd. L’Archipel, 2010.

Touristes en quête d’exotisme, voyageurs avides d’images pittoresques avec palanches, chapeaux coniques, sampans, et cyclo-pousse… jetez ce livre : il n’est pas fait pour vous. Mais, en revanche, si vous avez envie de savoir comment vivent, en deçà du sourire de carte postale, les gens de ce pays, ceux des villes et ceux des campagnes profondes, les riches, les pauvres, les jeunes, les vieux, alors oui, ouvrez vite ce livre et vous ne le quitterez pas, il ne vous quittera pas. Il vous prendra aux tripes et au cœur et vous y découvrirez que derrière les jolies images (tout est si photogénique et si joliment « typique » dans ce pays : les femmes, les pagodes, les enfants, les maisons, les costumes brodés, les rizières, la mer, les marchés, les lacs …) il y a des gens, des vrais, qui vivent (pas toujours très bien) qui rient (avant que d’en pleurer ?) qui prient, qui souffrent, qui font des enfants, qui rêvent, qui travaillent (pas toujours là où ils voudraient et souvent pour un salaire de misère) qui mangent (pas toujours à leur faim ou parfois trop). Sont-ils entrés dans la spirale du « consommer pour vivre », ces gens qui hier encore n’avaient rien, si ce n’est une immense générosité et une combativité nourrie de folles espérances, et qui aujourd’hui vivent la corruption au quotidien avec la civilisation des enveloppes?...



>> La suite ...


Date : 15/09/2010 20:00
DANG THUY TRAM. LES CARNETS RETROUVÉS (1968-1970)
Traduction de J.C.Garcias. Arles, Éditions Philippe Picquier, 2010.

ON NE MEURT QU’UNE FOIS.

En 2005, à Hanoi, ce fut un peu comme une bombe : Le journal tenu entre 1968 et 1970, par une très jeune fille, Dang Thuy Tram, chirurgien de Hanoi, infiltrée au Sud, en pleine guerre du Vietnam, venait d’être retrouvé et publié. La presse fut unanimement dithyrambique ; c’était un chef d’œuvre. En France, nous étions très impatients de lire ce journal. D’autant plus que les circonstances dans lesquelles avaient été « retrouvés » les carnets de Thuy Tram étaient très romantiques, pour ne pas dire rocambolesques.

Au début de l’année 2010, le réalisateur vietnamien Dang Nhat Minh, présenta à Paris en projection privée, le film inspiré par le journal de Thuy Tram, tourné pour la télévision vietnamienne. Minh a pris le parti de construire le scénario de son film autour de l’histoire de la disparition puis de la réapparition du journal de Thuy Tram, plutôt qu’autour du journal lui-même. Il ne voulait pas, disait-il, faire un film de guerre. Nous avions trouvé son choix pertinent et son film très réussi, mais nous restions sur notre faim ; le journal de Thuy Tram n’était toujours pas traduit en français...



>> La suite ...


Date : 10/09/2010 21:00
Un collège du Neuf Trois en 2010

En France, les collèges de l’Éducation Nationale, ont mauvaise réputation. Des élèves, au mieux, on dit qu’ils sont ignares, agités, paresseux et indisciplinés, au pire on précise que ce sont des voyous, des brutes, des drogués, des casseurs, ils rôdent en bandes, et sont parfois armés jusqu’aux dents… de la graine de voleurs et de tueurs ! Quant aux professeurs, face à un tel public, ils sont si démunis, que leur rôle se limite à essayer de gérer cette violence, voire de la supporter entre deux dépressions, à grands coups de tranquillisants et autres antidépresseurs. D’ailleurs les malheureux n’ont pas la prétention de préparer des adolescents à une quelconque vie professionnelle, ils savent bien qu’ils ne les forment que pour pointer à Pôle - Emploi, dans le meilleur des cas (le pire ?... Fleury Mérogis peut-être ?). Alors, la pédagogie, la géométrie, la poésie… quelle importance ? Après tout, ces prof’ n’ont pas passé le CAPES ou l’Agrég’ pour être de simples matons…

Et dans tout le pays, le département qui jouit de la plus mauvaise réputation, celui que tous les jeunes diplômés redoutent (et où pourtant ils ont le plus de chance d’obtenir leur première affectation) c’est, à l’est de Paris, celui de Seine Saint Denis, autrement dit le 93, ou encore le Neuf-Trois.

Lorsque le Conseil Général de ce département, a proposé au CID-Vietnam de participer à une « Fête de la Lecture » dans un collège d’une commune du Neuf-Trois, notre étonnement a été mitigé d’une vague méfiance...



>> La suite ...


Date : 09/07/2010 12:00
Thang Long – Hanoi, la juvénile millénaire

(…) la forme d’une ville
Change plus vite, hélas ! que le cœur d’un mortel ;

Charles Baudelaire.
Le Cygne.

La nostalgie que le poète éprouvait pour son vieux Paris, vacillant sous les coups de buttoir du Baron Haussmann, pourrait-elle être, aujourd’hui, celle d’un Hanoïen ? En cette année 2010, un Hanoïen, poète (tout vietnamien l’est toujours un peu) pourrait-il murmurer semblable « hélas ? » en observant sa ville, en pleine mutation, tranchée, bousculée, éventrée, prenant parfois de vertigineuses hauteurs, ou s’étirant tentaculaire, sous les coups d’une modernité agressive ou superbe – c’est selon -, tout au long de ces quelque trente dernières années ?

Voire !

Certes, on peut regretter les rizières à quelques pas de la cité… le soir on entendait les crapauds qui appelaient le Génie du ciel, pour qu’enfin tombe la pluie… Il suffisait de traverser en quelques coups de pédales, le Pont Long Bien, pour être en pleine campagne… Au cœur de la ville même, il y avait une vie grouillante, bourdonnante, pleine de joie, de cris de travaux et de rires : là, des enfants jouaient à « 1.2.3 Soleil ! », une femme se lavait les cheveux devant sa maison ; ici, la marchande de banh cuon roulait ses fines crêpes de riz, le client devant elle, assis sur ses talons ; les fleuristes avec leur étal de fleurs sur leurs vélos, allaient vers le client ; plus loin, accroupi devant sa porte, un vieil homme en pyjama lisait son Nhan Dan, tandis qu’un voisin fumait sa pipe à eau ; le coiffeur coiffait et rasait sur le trottoir ; des hommes jouaient aux échecs, à côté d’une palanche, entre les paniers, une très jeune fille faisait frire ses beignets de banane… quelques enfants attendaient… Dieu que ça sentait bon ! Le vendeur de jus de cannes à sucre tournait la manivelle de sa machine, à côté du réparateur de pneus … (« crever » n’était pas un problème pour le cycliste : on trouvait un réparateur avec sa pompe, tous les cent mètres !) Vélos et cyclos en effet étaient les rois de la chaussée… bien sûr il y avait déjà beaucoup de motos pétaradantes et klaxonnantes mais si peu de voitures … Et le lac de l’Ouest, quel havre de paix et de fraîcheur ! Le Petit Lac, au cœur de la cité, était, il est vrai plus urbain, mais tout de même… on y braconnait encore gentiment à l’ombre des pancoviers...



>> La suite ...


Date : 21/06/2010 23:00
19 mai 2010. Cent vingtième anniversaire de la naissance du Président Ho Chi Minh

L’Association d’Amitiés Franco - Vietnamiennes (AAFV)
Le Centre d’Information et de Documentation sur le Vietnam contemporain (CID-Vietnam)
L’Union Générale des Vietnamiens de France (UGVF) et
L’Union des Étudiants Vietnamiens en France (UEVF)

ont organisé, en partenariat avec le Centre Culturel du Vietnam en France, une RENCONTRE-CONFÉRENCE qui a eu lieu, le soir même de ce 120e anniversaire, à Paris, dans les locaux du C.C.V., en présence de son Excellence M. Van Nghia Dung, Ambassadeur de la R.S. du Vietnam auprès de l’Unesco et de M. Nguyen Van Trung , Ministre Conseiller près l’Ambassade de la R.S. du Vietnam en France.

C’est Son Excellence Monsieur l’Ambassadeur auprès de l’Unesco qui a ouvert cette rencontre, avec un hommage au Président Ho-Chi-Minh, puis MM. Alain Ruscio et Raymond Aubrac ont pris successivement la parole, avant de donner à l’assistance la possibilité de témoigner, questionner ou répondre. Une jeune étudiante vietnamienne a dit auparavant, un poème de Kateb Yacine – hommage à l’Oncle Ho ; l’accent charmant de la jeune femme et sa difficulté à prononcer le mot caoutchouc ont rendu encore plus émouvant, le très beau texte de Kateb Yacine « L’homme aux semelles de caoutchouc »...



>> La suite ...


Date : 26/05/2010 22:00
PHUNG QUAN. 1932-1995.
UN POÈTE SE RACONTE
Tome 1. Sur le chemin du vrai.
Tomi 2. Ami, je veux t’inviter chez moi.
Paris, Éd. L’Harmattan, 20O9

Petit orphelin gardien de buffles, soldat à treize ans,
Écrivain célèbre à vingt-deux, puis plus rien…
Rien que le silence de celui qui s’est retiré,
Dans une « cabane pour contempler les flots »(1) ,
Construite de ses propres mains, quelque part au bord du lac de l’Ouest.

Au Vietnam, dans les années 90 du siècle dernier, on pouvait encore voir sur les routes, quelques-unes de ces bornes kilométriques rouges et blanches, qui naguère, jalonnaient les routes de France. La vue de ces bornes, que chez nous, les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, m’avait fait éprouver quelque chose qui ressemblait à une vague nostalgie d’enfance… Mais aujourd’hui, si d’aventure, je rencontrais une de ces bornes hors du temps, c’est un jeune bô doi des années 50, que je verrais surgir au bord de la route…



>> La suite ...


Page : [1] [2] [3] [4] [5] [6] [8] [9] [10] [11]

Unique en France et en Europe, le CID-Vietnam peut fournir une information sur le Vietnam contemporain sous tous ses aspects.

La bibliothèque du CID-Vietnam comprend plus de 6000 volumes en français, en vietnamien (les 2/3) et en anglais ainsi que des revues et périodiques.
























Page d'accueil
CID-VIETNAM@2006