Mar 22-Aoû-2017
Accueil Histoire Géographie Tourisme Religions Enseignement Santé Agriculture Littérature Autres thèmes
COMMUNIQUE DU
CID-VIETNAM

Cliquez ici

CID-VIETNAM
Communiqué
du 20 octobre 2009


COMMUNIQUE

A nos amis lecteurs.

Pour cause de déménagement, indépendant de notre volonté, le CID-VIETNAM doit cesser provisoirement le service d’accès à sa documentation.

Nos fidèles lecteurs seront avisés dès que nous serons en mesure de reprendre ce service.

Nos abonnés recevront dans les délais prévus les trois numéros annuels du bulletin signalétique.

ANNONCE

A PARTIR du MOIS de SEPTEMBRE 2013 :

Les membres du CID-VIETNAM pourront vous rencontrer le dernier jeudi de chaque mois de 14h30 à 17h

Au FOYER VIETNAM
80 rue Monge
75005 PARIS
(métro : Place Monge)

FOYER VIETNAM

Le Foyer Vietnam
80 rue Monge - 75005 Paris

Un lieu de rencontres, d’échanges, de découvertes

Ouvert à tous ceux qui veulent découvrir le Vietnam, le Foyer Vietnam propose un lieu associatif convivial et pluriculturel.

Vous pouvez y découvrir des expositions, des animations musicales; consulter des livres et journaux en français et en vietnamien mis à disposition par le CID VIETNAM...



Cliquez ici pour plus d'infos...

Liens
1242422
Il y a 84 articles dans la catégorie "Evénement"

Date : 15/01/2012 21:15
MONSIEUR LE PARESSEUX

Lettre ouverte à mon ami Huu Ngoc.

Cette année, cher ami, tu m’as accueillie à Hanoi avec un livre qui te venait de… France. Mais quel livre ! Un livre que, oui, j’avais lu, lors de sa première édition, et que je relirais avec plaisir… Mais il ne s’agissait pas de mon bon plaisir ; tu souhaitais que j’écrive quelque chose avec toi, sur ce  « Monsieur le Paresseux » (1)  d’Yveline Féray, qui venait d’être réédité par les éditions Ph. Picquier, en format poche. Tu avais écrit une première chronique, en 2000 ; tu voulais en quelque sorte que je la « complète » avec une voix occidentale. Je n’avais pas lu ta chronique, mais tenter de compléter un texte de toi me paraissait d’une prétention inouïe. Que pouvais-je ajouter à ta chronique ?

Je préfère m’en tenir à la romancière française. En effet, avec cet ouvrage, l’historienne Yveline Féray se révèle comme une romancière de grand talent. Et en particulier elle nous conforte avec brio, dans l’idée que la fiction permet d’approcher la vérité historique, mieux que le livre d’histoire ou le témoignage. Nous savons tous depuis l’enfance, que le « vrai » d’Artagnan est celui d’Alexandre Dumas, et que l’amoureux fou de la belle Roxane restera le seul « vrai » Cyrano de Bergerac. Encore fallait-il qu’ils soient inventés par des démiurges de génie.

Les deux héros de « Monsieur le Paresseux » sont eux aussi des personnages qui ont réellement existé. Dans le Vietnam du 18ème siècle, l’un était un enfant malade, le petit Prince Trinh Can, héritier du trône ; l’autre, le héros éponyme du roman, appelé à la cour pour soigner cet enfant, était le Maître de Médecine, Lê Huu Trac, un médecin célèbre, mais aussi un anti-héros, surnommé par lui-même Lan Ong (Paresseux Monsieur) et qui, aux honneurs et à l’action, préférait s’adonner en toute quiétude au plaisir de la poésie et du vin, dans son ermitage de la Montagne Magique. Mais voilà, l’historienne a eu envie de faire entrer l’aventure, dans la vie du grand médecin dont elle avait lu, non seulement la « Relation d’un voyage à la capitale », mais aussi des études fort élogieuses de médecins français, sur ses connaissances et ses pratiques médicales. Elle a donc offert au Maître de Médecine un voyage et un séjour à Thang Long, bien plus mouvementés que ceux relatés par le « vrai » Lê Huu Trac...



>> La suite ...


Date : 15/01/2012 21:00
TRINH XUAN THUAN … encore,

J’ai écrit il y a quelques temps, un article sur le dernier ouvrage de Trinh Xuan Thuan « Le Cosmos et le Lotus » dont la lecture m’avait passionnée. L’auteur a eu l’exquise politesse de me remercier dans une belle et longue lettre, qui m’a beaucoup touchée. Aussi, lorsqu’à Hanoi, en décembre dernier, mon ami Pierre Darriulat m’a annoncé que son confrère Trinh Xuan Thuan était lui aussi de passage dans la ville, j’ai trouvé la coïncidence amusante… et oui, a ajouté Pierre, tu pourras même le voir, il donne une conférence à « L’Espace »1, jeudi prochain… Bien sûr, je me suis libérée ce soir-là, et me suis rendue à L’Espace. Là, une première surprise m’attendait : j’ai eu du mal à trouver une petite place au fond du grand amphi archi bondé ; je ne pensais pas que l’astrophysique intéressait à ce point les Hanoïens ! Et puis, deuxième surprise : le conférencier s’exprimait en Vietnamien, (ce qui est extrêmement rare dans ce centre français, notamment quand il s’agit d’un auteur francophone2). Je me suis munie d’un casque, afin de pouvoir suivre l’orateur dans une traduction simultanée. Mais la gêne occasionnée par cette condition d’écoute inattendue, ne m’a absolument pas contrariée : j’étais bien trop confondue d’admiration, devant la généreuse élégance de cet homme. Élégance qui exprimait un profond respect pour son pays d’origine, et pour ceux de ce pays, auxquels il avait eu la délicate attention d’offrir le confort d’une écoute « en direct ». En effet, les auditeurs étaient presque tous vietnamiens, et de très jeunes vietnamiens ; à la fin de la conférence, ces jeunes ont posé de nombreuses questions en vietnamien bien sûr, et Trinh Xuan Thuan a répondu dans leur langue (qui depuis si longtemps, n’est plus la sienne) avec une grâce juvénile...



>> La suite ...


Date : 02/11/2011 21:00
TRINH XUAN THUAN.
Le cosmos et le lotus. Paris, Éd. Albin Michel, 2011.

Nous sommes tous des poussières d’étoiles

C’est un livre éblouissant.
Un livre qui vous inonde de lumière et vous rend heureux.
Quand vous le refermerez, le monde autour de vous sera plus beau, vous vous sentirez plus intelligent, plus confiant. Rassuré et serein. Vivant.

De Trinh Xuan Thuan, on savait qu’il était un savant, un astrophysicien de réputation mondiale, mais avec cet ouvrage où pour la première fois, il nous livre un peu de lui-même (ses origines, la genèse de sa vocation, sa vie de chercheur, d’enseignant…), il nous permet de comprendre un peu mieux, combien ce chercheur passionné, passeur de connaissances (1) passionnant, est aussi un doux poète, la tête dans les étoiles, et un humaniste, les pieds sur terre, avec un cœur gros comme ça…

Ce livre qui est à la fois, œuvre de vulgarisation scientifique et somme de méditation philosophique et métaphysique, Trinh Xuan Thuan l’ouvre par un regard sur sa propre histoire : Je suis le produit de trois cultures. Né vietnamien (2) , éduqué à la française, j’ai acquis toute ma science aux Etats-Unis. J’y vis maintenant et c’est là que j’enseigne et mène mes travaux… Et, c’est non seulement dans le ciel, dont il déchiffre les mystères, mais aussi à travers sa propre histoire modelée par les hasards de l’Histoire, qu’il cherche les réponses aux grandes questions que se posent les hommes.

Trinh Xuan Thuan nous dit comme il exerce avec une sorte d’ivresse, son métier de chercheur. Étudiant à Princeton, il ressentait déjà le sentiment enivrant d’explorer par l’imagination des contrées vierges où nul ne s’était aventuré auparavant et, bien qu’il reconnaisse avec humilité que les moments privilégiés de découverte sont rares dans une vie de chercheur », quelle explosion d’euphorie, lorsqu’il trouve ! «… tout d’un coup, les ténèbres (…) se dissipent et vous voyez briller le ‘soleil de l’intelligible’. Soudainement, un pan du mystère est levé et la solution du problème avec lequel vous vous êtes battus pendant des mois, voire des années, se dresse devant vous, certaine et aveuglante...



>> La suite ...


Date : 24/09/2011 20:50
Sur quelques aspects de la vie et de l’œuvre du Président Ho Chi Minh

par Alain Ruscio, Historien, Président du CID-Vietnam
Rencontre « Hô Chi Minh – Héritage. Coopération France-Vietnam »
Paris, Unesco, 19 septembre 2011

Lorsqu’on invite un historien, réputé spécialiste du Viêt Nam, à une initiative comme celle de ce soir, on attend généralement de lui qu’il retrace « le cadre » chronologique, les enjeux de l’époque, le rôle des acteurs historiques…

Pourtant, ce soir, je souhaite procéder autrement. Je supposerai la biographie de Nguyen Ai Quoc / Ho Chi Minh relativement connue, en tout cas à grands traits, en quoi je ne prends d’ailleurs pas beaucoup de risques, car les études de qualité ne manquent pas et le public de ce soir est averti.

Donc, plutôt qu’un récit de la vie de l’oncle Ho, je vous proposerai quelques réflexions sur les permanences de sa pensée et de son action.

J’en vois, en ce qui me concerne, deux principales :

1.Ho Chi Minh, homme de paix
2.Ho Chi Minh, homme d’engagement internationaliste et tiers-mondiste

Ho Chi Minh, homme de paix

Affirmer d’emblée ce trait marquant peut sembler un paradoxe.

Car, à bien observer sa vie, on constate qu’il a quasiment toujours été en lutte ouverte, et souvent en guerre avec ceux qui avaient voulu faire plier son peuple.

de 1911 à 1923 : 12 années de quête, à l’étranger, des voies de la libération nationale
de 1923 à 1945 : 22 années de stricte clandestinité, durant lesquelles il a été un « commis voyageur » de la Révolution mondiale
de 1945 à sa mort, en 1969 : 24 nouvelles années à la tête d’un peuple quasiment toujours en guerre

Et pourtant, cet homme qui, de la clandestinité à la présidence de la République, en passant par le maquis, n’a connu que l’affrontement avec l’Occident, a été tout sauf un belliciste...



>> La suite ...


Date : 24/09/2011 20:30
COLLÈGE DU 9.3.
3e épisode. Suite et… fin ?

Résumé des chapitres précédents : Des garçons et des filles du 9.3. Ils sont en 4e F, au Collège Gustave Courbet de Romainville. Avec leurs professeurs, ils ont un projet fou : aller au Vietnam et recevoir ensuite chez eux, des lycéens vietnamiens…

Ils vont partir… Ils partent… Ils sont partis, et…

Ils sont arrivés, ils sont à Hanoi !...  Les photos sur le site du collège Gustave Courbet de Romainville nous l’annoncent en temps réel, mais avec le décalage horaire : les élèves de 4e F et leurs professeurs sont arrivés au Vietnam. Tout va bien…

Je regarde sur l’écran de mon ordinateur la bouille réjouie des petits collégiens de Romainville, devant le mausolée du Président Ho Chi Minh… Donc c’est vrai ! Vrai de chez vrai, comme ils disent dans le 9.3 : le rêve est devenu réalité. Un miracle ? Certes. Mais je songe surtout à tout le travail de l’équipe pédagogique, aux heures passées par les uns et les autres, pour que tout soit prêt le jour « J », pour que le miracle se réalise : organisation et logistique, accord avec les parents, subventions à chercher, démarches administratives, règlement des détails du voyage et du séjour, et tout cela sans jamais le moindre découragement, malgré toutes les embûches, les imprévus, les retards, les difficultés de communication… Et ce budget à serrer au maximum, pour que le coût de ce fabuleux voyage ne soit pas une charge trop lourde pour les familles des heureux partants, pour que la classe entière puisse partir (tout compris, pour le voyage et le séjour, la participation pour un élève sera de 200 euros, ramenés à 100 pour quelques-uns). Sans parler bien sûr de la préparation pédagogique des élèves : pendant un an, des historiens, des écrivains leur ont parlé de ce pays si lointain dont ils ne savaient rien. Une écrivaine vietnamienne francophone, Tran Thi Hien, les a initiés à la langue vietnamienne et leur a donné quelques rudiments de la vie quotidienne (1). Eh oui, si miracle il y a, il est là : dans le dévouement sans faille, dans l’opiniâtreté infatigable de l’équipe pédagogique de ce collège du 9.3 qui depuis un an, n’a pas ménagé sa peine, n’a pas compté ses heures de travail… C’est grâce à son énergie et son efficacité, que le rêve a pu se réaliser : tous les élèves de la 4e F du Collège sont à Hanoi ; ils vont aller à Haïphong, ils vont rencontrer les élèves du lycée Tran Phu qui les attendent...



>> La suite ...


Date : 03/09/2011 12:40
UNE NOUVELLE REVUE:
ASIES
N° 1 - été 2011

L’Asie nous parle, nous interpelle, nous dérange, nous intrigue, nous désarçonne, nous séduit, nous défie. Le 21e siècle sera-t-il celui de l’Asie ? (1)

Une revue essentielle, mais...
Ne vous fiez pas aux apparences : l’habit ne fait pas le bonze !

La couverture, en effet, est trompeuse : elle semble nous annoncer une Asie langoureuse, une beauté sensuelle, sulfureuse… Prévenons tout de suite le lecteur amateur de clichés pour polars à deux balles ou films de série B (voire X) : il sera déçu.

Cette revue, en réalité, est tout à fait sérieuse. Et ce qu’elle nous donne à voir, c’est dans une Asie bien réelle (mais plurielle) des hommes et des femmes d’aujourd’hui, qui rient ou qui pleurent, qui marchent et crèvent, qui mangent parfois, qui font l’amour ou la guerre, qui fuient, qui prient, qui travaillent, qui foncent dans le cyberespace, qui meurent… qui vivent, quoi ! Et les gens de ces « Asies » si diverses, triomphantes ou tremblantes, nous les voyons sous des aspects toujours passionnants : sociaux, politiques, géographiques, économiques, écologiques, cybernétiques, sociologiques… que ce soit… 
- au pays des Ouighours, avec des extraits du bouleversant ouvrage de la journaliste Sylvie Lasserre, qui nous montre comment Pékin tient les musulmans du Xinjiang dans sa poigne de fer…
- au Japon, où nous suivons la jeune Natusko, enseignante originaire de Fukushima, au moment du tsunami, puis… le 8 avril… c’est le grand jour pour Natusko (…) la rentrée des classes, la première après le séisme… 
- en Inde où nous traquons les déplacés de la bauxite …
- au Cambodge, dans la province du Mondolkiri, aux confins du Vietnam, où se joue un bras de fer forestier entre la minorité Bunong et une Société liée au groupe Bolloré …
- en Birmanie, où nous épions  guérilleros et humanitaires, là où cinquante cinq équipes de volontaires ont apporté des soins à plus de quatre cent cinquante mille patients et sont venus en aide à un million cent mille déplacés en «  zones noires »… Les photos hallucinantes de Thierry Falise, avec leurs éloquentes légendes, nous en disent plus qu’un long discours, mais le propos du reporter reste indispensable et précieux….
- En Corée, en Chine, au Bengladesh etc...



>> La suite ...


Date : 01/08/2011 18:47
LANG TOI


Le Nouveau Cirque du Vietnam nous a offert au Parc de La Villette à Paris, du 28 juin au 23 juillet, son spectacle, « LANG TOI » (1).
Un spectacle sublime ! Mais surtout un spectacle absolument vietnamien.
Terriblement et tendrement vietnamien.

Non pas parce que les quelque vingt artistes présents sur la piste sont tous vietnamiens, mais parce que, ce qu’ils nous donnent à voir pendant une heure trente, n’est rien d’autre que la vie quotidienne d’un village de leur pays (2) : les travaux et les jours, les saisons, les rires, les amours, les terreurs, les orages, les maisons, le fleuve… Cela magiquement rêvé à travers des numéros de cirque traditionnel (maîtrisés à la perfection par jongleurs, acrobates, contorsionnistes etc…) et réalisé dans une chorégraphie d’une poésie et d’une grâce aérienne. Un ballet onirique et poétique, plein d’énergie et de douceurs, de charme et d’émotion, mais non dépourvu d’humour et de malice; sous nos yeux éblouis, les hommes et les femmes de ce village vivent, vibrionnent, s’aiment, rament, sèment, chantent, pêchent, ont peur, se taquinent, s’endorment… au son de la flûte, de la cithare ou de la guimbarde, mais aussi au bruissement des feuilles, aux grelots des rires, aux stridulations des insectes, au chant des enfants… les bruits de la vie du labeur, de l’amour...



>> La suite ...


Date : 07/06/2011 11:47
CHAMP CULTUREL de la CONSTRUCTION de la VIE PSYCHIQUE du TOUT-PETIT.
Recherche à partir des observations de bébés au Vietnam.
Université Paris 13. -UFR Sciences de l’homme et des sociétés humaines et sociales.
Thèse de Doctorat en Psychologie
Soutenue le 31 Janvier 2011 par Marie-Ève HOFFET- GACHELIN.
Dir. de thèse : Pr Marie-Rose Moro.

Le Docteur Marie-Ève Hoffet est une fidèle lectrice du CID-Vietnam. Et nous avons déjà reçu dans notre fonds, deux mémoires qui ont été en quelque sorte les prolégomènes de cette thèse (1). Nous avons suivi avec intérêt la recherche du Dr Hoffet : aboutissement, en effet, d’un travail théorique et pratique (réalisé en partie au Vietnam), elle est aussi et surtout le préalable incontournable à une pratique sérieuse de la pédopsychiatrie au Vietnam. Une pratique qui aura le souci de prendre en compte les spécificités culturelles vietnamiennes autour de la naissance et du début de vie du petit enfant. En effet, c’est après avoir observé que les psychothérapeutes occidentaux, ignorant et négligeant ces spécificités, imposaient aux thérapeutes vietnamiens des théories qui ne pouvaient s’ajuster aux besoins de leurs patients, que le Dr Hoffet s’est engagée dans cette recherche. Selon ses premières observations, la psychologie du développement de l'enfant d’inspiration psychanalytique, fondée et s’étant développée sur des critères occidentaux (2) , ne pouvait être enseignée ainsi au Vietnam sans une préparation d’ordre ethnologique. Aussi a-t-elle entrepris elle-même au Vietnam, un très lourd travail non seulement d’anthropologie, mais aussi de sociologie, voire parfois de linguistique pour essayer d’adapter au mieux les théories occidentales à une pratique orientale et plus précisément à une pratique vietnamienne...



>> La suite ...


Page : [1] [2] [3] [4] [6] [7] [8] [9] [10] [11]

Unique en France et en Europe, le CID-Vietnam peut fournir une information sur le Vietnam contemporain sous tous ses aspects.

La bibliothèque du CID-Vietnam comprend plus de 6000 volumes en français, en vietnamien (les 2/3) et en anglais ainsi que des revues et périodiques.
























Page d'accueil
CID-VIETNAM@2006